CHEZ LES YANKEES

Publié le par Virginie

Eh bien nous voila dans le Nord : New Jersey, New York, Connecticut, Massachusetts... des noms porteurs de sens pour tout le monde. Le chemin suit son court, nous sommes vendredi 31 juillet. Nous sommes dans le New Jersey et nous avons parcouru presque 2100 kilometres jusqu'a present. Nous marchons a trois : Dorian, Jocelyn (alias Frenchie, un Quebecois rencontre sur le chemin) et moi.

Tout est normal... ou presque.

A 5 heures du matin, la pluie nous reveille en sursaut. Dorian, premier reveille par la pluie, crie "Frenchie ! Frenchie !" pour l'avertir. Frenchie dort souvent avec des boules quies mais cette nuit-la, sans le double toit de sa tente, la pluie l'a reveille lui aussi.

Aujourd'hui est un jour particulier pour lui. Sa petite amie, Maud, vient le rejoindre pour le week end. Elle fait la route depuis Quebec (environ 8 heures). Nous decidons donc de plier le camp tout de suite et de ne pas attendre l'heure normale du lever qui est 6h afin de rejoindre la ville au plus vite. Direction Brancheville, New Jersey. Le rendez-vous est donne au Forrest Motel ou nous passerons la nuit tous ensemble ce soir. Maud est accompagne d'un ami, David, qui a decide de marcher une partie de l'Appalachian trail avec nous pendant ses vacances d'ete.

Si ce n'est la pluie a laquelle nous sommes maintenant habitues, tout pourrait bien aller. Mais a cela vient s'ajouter le brouillard, l'humidite, la boue et les moustiques. La plupart des gens nous conseillent de nous mefier des ours noirs mais ces derniers ne representent qu'un mince danger vis-a-vis des moustiques et des tiques. Et oui, ce ne sont pas forcement des grosses betes qu'il faut se mefier mais bel et bien de ces petits insectes porteurs de maladies graves, telle que la maladie de lyme.

Le climat est tendu, dans les deux sens ! Les elements meteorologiques sont dechaines et nous sommes egalement nerveux. Do tente de se proteger des moustiques en portant son poncho en plastique toute la journee (meme lorsqu'il y a une accalmie); sympa avec l'humidite, vive la moiteur et l'odeur ! Jocelyn s'asperge de DEET et, moi, je rale ! Vive les vacances ! Nous en sommes en ete, il est ou le soleil ??

La poisse continue en arrivant dans ce trou perdu qui porte le nom de Brancheville, le motel affiche complet. Qui aurait cru qu'un emplacement aussi isole et miteux puisse interesse qui que ce soit ? En realite, une foire a lieu dans la region ce week end. Tous les hebergements de la region sont sollicites et complets.

Je resume donc la situation : nous sommes perdus au milieu de nulle part, au bord de la route apres avoir marche 30 kilometres, a cote du motel complet que nous attendions avec tant d'impatience pour prendre une douche et il pleut toujours a torrent.  Il est 15h, Maud et David devraient arriver du Quebec dans la soiree et nous n'avons aucun moyen de les prevenir. Aucun d'entre nous n'a de telephone portable sur le chemin. Impossible de leur donner rendez-vous ailleurs. Et d'ailleurs ou ca ? Quel hotel ? Ou aller ? Tout est complet, la prochaine ville est a plus de 20 miles. Il faudrait faire du stop mais par ce temps-la personne ne nous prendra et puis, la bas, y a-t-il quelque chose ?...

Pour passer le temps au sec, nous allons nous refugier sous l'avant-toit du seul resto present dans les alentours, un restaurant italien. Decontenances, demotives apres avoir marche sous le mauvais temps, nous nous affalons sur un banc. Et ca continue, trois personnes etranges sorties du restaurant pour fumer viennent nous aborder. Generalement, c'est un plaisir de parler avec les locaux, les gens sont toujours tres amicaux avec nous car tres interesses par notre aventure. 

Le pire des trois est un jeune de 18 ans dont la conversation est cultissime pour nous. On se souviendra longtemps de ses questions pertinentes. Pour n'en citer que quelques unes :

- "Est-ce que vous avez des French staff en France ?" (=french fries, french toats, french bread...)
- "Combien ca coute des plombs en France car moi j'aime chasser le faisan. Je les chasse avec du calibre 303" (=calibre pour elephants)
- "ah oui vous avez vu des animaux sur le chemin ? Moi, les animaux, j'les prefere morts !"
- "j'ai tellement de guns que je ne sais pas quoi en faire..."

Et il n'est reste que 5 minutes, ca fait peur...

C'est le comble du supplice, doit-on supporter ce demeure et ses propos effrayants encore longtemps ? Pourquoi le sort s'acharne-t-il sur nous de la sorte aujourd'hui ?

Finalement il s'en retourne a l'interieur avec ses 2 acolytes. Quelques minutes plus tard, une autre personne sort. Oh non, pas lui ! Que neni, sort du restaurant une charmante femme avec 3 gobelets a la main. Elle a entendu parle de nous a l'interieur et vient nous offrir un rafraichissement. Et pas seulement, apres nous avoir demande si on avait faim, elle nous invite a dejeuner. Un coup de brosse a cheveux et un coup de deo plus tard, nous voici donc attables dans un beau restaurant italien, prets a tout devorer. Notre look de hikers fait un peu defaut dans le restaurant chic mais cela ne semble pas trop poser de probleme. Nous avons deja dejeuner a midi mais un repas gratuit ne se refuse jamais et un hiker, par definition, a toujours faim ! Et en plus, quel repas, le meilleur que nous n'ayons jamais mange aux USA : excellente salade composee puis pates fraiches faites maison et cheese cake en dessert.

Le moral va mieux... et le meilleur reste a venir. La meme personne nous propose de nous payer le taxi afin que l'on puisse aller dans un motel (elle nous donne 20 dollars en sus de l'addition). Elle a demande aux employes de nous trouver un motel sur les pages jaunes. Le personnel est donc en train de nous trouver un logement pour ce soir ! Finalement, apres une longue conversation sur le prix et la localisation des motels, Gizelle, une des employees, se propose de nous heberger tous les 5 chez elle ! Elle habite a 5 min du restaurant. Elle prend 15 min de pause pour nous y emmener et nous faire visiter la maison. Elle ne sera de retour que vers 23 heures.

C'est tout simplement le plan parfait, alors que nous avons commence la journee miserables sous la pluie, nous la finissons dans une maison tout confort avec toutes les commodites (lave-linge, important pour des hikers). La maitresse de maison est au travail, nous avons quartier libre ; "feel free at home" she said. Nous n'en croyons pas nos yeux. Et comble de tout, Gizelle nous prete meme sa toyota MR2 ! Au cas ou nous voudrions aller nous promener ou faire des courses, normal...




Elle est pas belle la vie de hiker ? Toujours pleine de rencontres et d'imprevus.




Alors qui serait pret a preter sa maison et tout ce qui lui appartient a 5 parfaits inconnus ??
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
C'est ta " TATA " qui te souhaite un joyeux anniversaire. Super voyage !!!!!!! Grosses bises à tous les deux de nous 4 et bonne route.
Répondre
M
c'est mamie qui te souhaite un bon anniversaire grosses bises a vous deux si tu veux me repondre fait le sur l'email c'est ma voisine odilea bientot papy mamy familles froment et serre patricebises ++++++++++++++++++++++++++
Répondre
S
bon anniversaire grosses bises de toutes la famille bon voyages
Répondre
J
Salut c'est mamie, j'espère que vous allez bien nous avons reçu votre carte qui nous a fait très plaisir. Nous allons bien et la confiture de cassis aussi. Nous vous souhaitons un bon courage et de bonnes chaussures pour la suite de vos aventure.<br /> Gros bisoux a tout les deux Mamie et Papi.<br /> (Et non papi na pas séder a acheter un ordinateur avec internet, ce mesage vien de St georges de Commiers par Kévin)
Répondre
K
Un petit coucou de France ou nous suivont vos aventures.JP nous a donner le nom de ton blog et nous atendons vos prochaines étapes  bonnes chances a vs deux continuer a nous faire partager vos péripetie et profiter de ces vacances un peu spétialeA+
Répondre